Centres d'Information et d'Orientation

Pour l'école de la confiance

Amiens veut devenir la capitale des batteries du futur

Au coeur des Hauts-de-France, la ville se positionne comme un centre de recherche incontournable du stockage de l’énergie, qui attire des chercheurs du monde entier pour plancher sur les batteries de demain, plus performantes et compétitives.

À l’heure de l’épuisement des ressources naturelles et de la croissance exponentielle de la consommation d’énergies, le monde de la recherche est en pleine effervescence pour trouver des alternatives durables. Aujourd’hui, la compétition est mondiale et acharnée : l’Asie, et en particulier la Chine, met la gomme pour industrialiser de nouvelles batteries ; les États-Unis s’activent derrière le médiatique Elon Musk et ses voitures électriques Tesla ; l’Allemagne et la Grande-Bretagne déposent de nouveaux brevets. La France, elle, n’est pas en reste et continue d’innover, notamment dans les Hauts-de-France.

Amiens veut se positionner comme un pôle de R&D central du futur "Airbus des batteries", imaginé par la Commission européenne, pour contrer la supprématie asiatique dans le stockage d’énergie.
La ville s’est dotée d’un cluster dédié, qui s’appuie sur le « Hub de l’énergie », un laboratoire de recherche fondamentale et de développement pré-industriel.

Représentant un investissement de 22 millions d’euros, ce hub héberge le réseau de stockage électrochimique de l’énergie (RS2E), qui regroupe trois centres de transfert technologique, associés à une quinzaine d’industriels et à 17 unités du CNRS ou universitaires.
Animateur de ce réseau, le Laboratoire de réactivité et chimie des solides (LRCS), unité mixte du CNRS et de l’Université de Picardie Jules Verne, se concentre sur l’amélioration des batteries rechargeables : lithium-ion, lithium-air, sodium-ion..., le stockage de l’hydrogène ou les cellules photovoltaïques.

Le Hub a été conçu avec une approche environnementale forte par le cabinet d’architecte Nickl & Partner. Il répond à deux demandes : une intégration dans l’environnement et une qualité de construction durable. Ainsi, le bâtiment comporte des toitures végétalisées, de larges baies vitrées, des matériaux à faible émissivité... C’est aussi un écrin qui protège les avancées scientifiques par ses lamelles d’acier, seconde peau assurant le secret de la recherche

Une grande partie des premières recherches sur les batteries lithium-ion ont eu lieu grâce à des chercheurs français (Jean-Marie Tarascon, Michel Armand, Claude Delmas, Christian Masquelier…) pour une industrialisation… très largement asiatique.

Aujourd’hui la bataille fait rage dans le monde pour inventer leur successeur : plus autonomes, moins chères, plus écologiques. Les industriels et les gouvernements investissent massivement, comme le fabricant de voitures électriques américain. Tesla ou l’Allemagne qui a investi 21,7 millions d’euros (+ 5 millions d’euros annuels) dans la création de deux centres de recherche sur les batteries. La création du RS2E en 2011 et du Hub en 2017 sont les meilleurs atouts français pour garder notre place dans ce domaine stratégique.

C’est aussi une chance pour l’économie locale et régionale qui confortera la place des Hauts-de-France et d’Amiens dans l’économie verte et le développement durable.

Ainsi, dans ce cadre du théme du développement durable l’Académie d’Amiens a participé à l’opération « Graines de reporters scientifiques ». Près de 140 élèves venus de toute l’académie se sont réunis pour partager leurs travaux réalisés dans le cadre de l’opération Graines de reporters scientifiques, proposée par la fondation Tara Expédition en partenariat avec le CLEMI Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information . Chaque établissement est venu présenter sa production vidéo, fruit d’un travail long travail d’investigation journaliste et scientifique mené tout au long de l’année scolaire, traitant du sujet des interactions entre l’océan et le climat.

Les collégiens et lycéens lauréats ont pris la parole dans l’amphithéâtre de l’atelier Canopé d’Amiens pour présenter leur travail d’enquête sous le regard bienveillant de leurs enseignants, de leurs chefs d’établissement et des référentes académiques à l’Education au Développement Durable (EDD), mesdames Aubry et Batteux-Baillon. À l’initiative de la fondation TARA Expéditions, l’opération "Graines de reporters scientifiques" vise, dans le cadre d’un travail interdisciplinaire, à produire une vidéo de 3 minutes permettant aux participants de développer leur esprit scientifique, d’être sensibilisés aux enjeux des médias et de l’information (EMI) et de construire la notion de citoyenneté. Les jeunes ont ainsi appris à collecter des données après avoir posé une problématique, à collaborer pour mener à bien un projet et, en partenariat avec le CLEMI , à réaliser un documentaire vidéo. Leurs travaux seront prochainement accessibles sur le site de la fondation TARA Expéditions.

https://oceans.taraexpeditions.org/m/qui-est-tara/la-fondation-tara-expeditions/

http://www.onisep.fr/Publications/Parcours/Les-metiers-de-l-environnement-et-du-...

http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/5-metiers-d-avenir/5-metiers-d-avenir-100-ecolos

http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/Actus-2015/Metiers-de-l-environnement...

Mise à jour : 18 mai 2019