Centres d'Information et d'Orientation

Pour l'école de la confiance

Comment l’orientation scolaire renforce les inégalités

Entretien avec Agnès van Zanten, sociologue au CNRS

Alors que l’école française pèche par un trop grand élitisme, le système d’orientation des jeunes vers l’enseignement supérieur favoriserait le maintien des inégalités sociales. Une problématique au cœur des recherches d’Agnès van Zanten, sociologue et spécialiste des politiques éducatives.


Entretien extrait de lejournal.cnrs.fr
...
Quelle mesure permettrait d’améliorer de façon significative la qualité de l’orientation dans les lycées ?
A. V. Z. :Il faudrait notamment augmenter le nombre de conseillers d’orientation psychologues. (2017 : les Conseillers d’orientation-Psychologue sont désormais les Psychologues de l’Education Nationale spécialité "Education, Développement et conseil en Orientation scolaire et professionnelle").
Depuis le milieu des années 1990, les pouvoirs publics n’ont pas souhaité renouveler les effectifs de cette profession aujourd’hui quelque peu en déshérence. Aux États-Unis, au contraire, où la fonction des lycées est explicitement de propulser le plus d’élèves possible vers l’enseignement supérieur, il y a souvent deux, voire trois conseillers d’orientation par établissement. En France, faute de personnel, l’orientation repose trop souvent sur les épaules des enseignants. Or, une large partie d’entre eux ne veut pas s’en occuper, et ce d’autant qu’ils exercent dans des lycées défavorisés et s’emploient à tenter de « boucler le programme ». Ils pensent que c’est une tâche qui n’est ni valorisée ni valorisante, qui ne fait pas partie de leur mandat officiel et qui suppose de leur part une connaissance – qu’ils n’ont pas – du système d’enseignement supérieur, un système particulièrement complexe et constamment mouvant.
...
Suite de l’article ci-contre

Mise à jour : 19 juin 2019